PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Blankenberge 2018

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Papouille

avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 13/08/2013
Age : 72
Localisation : banlieue Bruxelles

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Sam 8 Sep - 23:25

Si vous n'avez pas accroché avec ce magnifique poème du XIème siècle, et bien tant pis, vous n'appartenez ps à cette catégorie d'amoureux de l'amour courtois de nos ancêtres ...

Je dois dire que ce week-end fut une rencontre bien singulière que je prendrai plaisir à raconter ici pour vous changer un peu des papotages habituels u forum :

Un de mes plats de 30mm représente un soldat portant une lance avec un petit étendard représentant les armes du comté e Hainaut au XII siècle !!  Comme à mon habitude, et après d'intenses recherches dans l'Histoire, j'ai situé l'évènement à la bataille de Bouchain en 1150.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je tombai nez-à-nez avec ce troubadour magnifique, Bernard  de Ventadour, un des plus célèbres troubadour du haut moyen-Age récitant ses poèmes en ... 1150, la même année, mais sans doute à l'autre bout de la France ...  Et ce non, seul un original comme Jean Pierre Duthilleux pouvait aller le dénicher et l'utiliser sur une de ses joailleries .... et je ne me trompai point !!

Quelle coïncidence de se retrouver à 60 cm l'un de l'autre la même année d'une Histoire de France de 1400 ans !!!

Cela vaut donc un eu plus d'explications sur le fond historique de ces deux personnages.

Pendant que je fais de la recherche historique sur notre ami Bernard, ne pouvant ni accéder Wikipédia, qui est fermé par le gouvernement turc ici (ah oui!), ni accéder à mon Lagarde & Michard du Moyen Âge qui est dans ma cave en Belgique, et à moins que Jean-Pierre ne soit plus rapide que moi et vous conte l'histoire de ce trouvadour de légende ci-après, je vous transmets le résultat de mes recherches sur Bouchain !!!


=========


Sur le bouclier j'ai représenté l’héraldique trouvée sur internet pour Baudouin IV, dit « Baudouin l'édificateur » ou « Baudouin le bâtisseur », né en 1108, mort le 8 novembre 1171, comte de Hainaut de 1120 à 1171, fils de Baudouin III, comte de Hainaut, et de Yolande de Wassemberg. Lui même fils de Baudouin II de Jérusalem, qui participe activement la première croisade (1096-1099).  Je n’ai pas pu creuser l’origine de cet écu, mais le motif se prête à une forme rectangulaire dans ce cas ci.


Un peu d’Histoire :

   Comme Baudouin était encore mineur à la mort de son père, la comtesse douairière administra le pays en son nom avec autant de fermeté que de prudence. Elle ne remit à son fils les rênes du gouvernement qu’après lui avoir obtenu la main d’Alix de Namur et avec elle des droits éventuels sur le comté de ce nom (1127).

    Peu après, le comte de Flandre Charles de Danemark fut assassiné et plusieurs prétendants, parmi lesquels figurait Baudouin, se manifestèrent. Le roi de France Louis VI le Gros choisit Guillaume Cliton. Irrité, Baudouin envahit le pays d'Alost, mais se rendit compte qu'il ne pouvait garder sa conquête et se retira en incendiant Audenarde. Après la mort de Guillaume (1128), il tenta à nouveau de conquérir la Flandre, mais fut repoussé par Thierry d'Alsace, le nouveau comte.

     En 1147, il profita du départ de Thierry en croisade pour envahir à nouveau la Flandre, malgré le risque d'excommunication qu'il encourait pour s'attaquer aux biens d'un croisé. Sibylle d'Anjou, femme de Thierry, réussit à défendre ses terres, le temps que Thierry revînt en hâte de Constantinople. La guerre fit rage et ravagea les deux comtés. Finalement, les deux comtes, las de leur conflit, conclurent la paix en 1151 et fiancèrent leurs enfants. Ce mariage conduisit quarante ans plus tard à la réunion des deux comtés.

   Baudouin se consacra à soumettre ses vassaux les plus indociles, et réunit au comté plusieurs terres. Il acquit son surnom de bâtisseur en fortifiant la plupart des villes du Hainaut et en favorisant la construction d'églises et de cathédrales.

   En 1169, à l'occasion des noces de son fils avec Marguerite d'Alsace, il fit visiter son palais en construction, à Valenciennes, à plusieurs seigneurs. Ils eurent l'imprudence de monter sur des échafaudages mal étayés qui s'écroulèrent sous eux. Certains se relevèrent légèrement blessés, mais Baudouin eut les cuisses et les reins brisés. Il mourut deux ans plus tard dans la soixante-douzième année de son âge.


On peut donc imaginer ici un de ses fantassins fidèle présent à la bataille de Bouchain en 1150 contre Thierry d‘Alsace qui malheureusement le bat avec l’aide de Henri Ier de Namur et de l’évêque Henri de Liège.  Son suzeran devait avoir perdu son écu dans la bataille et le courageux soldat l'a ramassé et se bat valeureusement pour éfendre l'honneur de son maître ey lui apporter son écu, évitant ainsi le déshonneur d'une bataille perdue sans grand panache ....


Le fanion sur la lance porte les armes du comté de Hainaut d’origine, entre 850 et 1260, avant leur réunion avec la Flandre association avec la Flandre et plus tard d’autres régions.



Au XIIe siècle, lors de l'apparition des armoiries, les comtes de Hainaut adoptèrent : chevronné d'or et de sable. Les armes primitives du Hainaut (« d'or à trois chevrons de sable ») sont celles de la famille de Walbert de Lommois, ce qui plaide également pour qu'un lien entre l'historique de mise en place de la couronne comtale du Hainaut et Madelgaire soit établi.


Ces armoiries sont actuellement reprises par le village de Cousolre, ancienne capitale du Hainaut sous Clotaire II.

Cousolre est une commune française de 2300 habitants située dans l'Avesnois, dans le département du Nord en région Hauts-de-France, juste le long de la frontière belge et à 21 km au sud ouest de Valenciennes.  Le village était dénommé au XIe siècle 'Curtis Solra', toponyme latin. Curtis désignait le lieu où était administré le secteur, dénommé Solra. Il daterait de la dynastie mérovingienne, dont Charlemagne serait venu à Cousolre en 798 à l'occasion de la translation des reliques de sainte Aldegonde à Maubeuge.
Revenir en haut Aller en bas
Papouille

avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 13/08/2013
Age : 72
Localisation : banlieue Bruxelles

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Sam 8 Sep - 23:56

Entretemps, et pour ceux que l'orthographe rebute, ou ceux qu'une langue étrangère fait fuir, voici le texte original des deux premières strophes, et leur traduction française un peu plus actuelle, même si elle ne ressemble pas au patois du Nord.

En effet on parlait le français occitan dans le sud, la langue d'oc qui n'était pas celle d'oïl.


Can vei la lauzeta mover  ......   Quand vois l’alouette se mouvoir
De joi sas alas contra-l rai   .....  De joie ses ailes face au soleil
Que s’oblid’e-s laissa chazer .....  Que s’oublie et se laisse choir
Per la doussor c’al cor li vai, ...... Par la douceur qu’au cœur lui va
Ai ! tan grans enveya m’en ve  ... Las ! si grande envie me vient
De cui qu’eu veya jauzion,  ....... De tous ceux dont je vois la joie,
Meravilhas ai, car desse ............ Et c’est merveille qu’à l’instant
Lo cor de dezirer no-m fon.  ......  Le cœur de désir ne me fonde.


Ai las ! tan cudava saber   .......     Hélas tant en croyais savoir
D’amor, e tan petit en sai ! .......     En amour, et si peu en sais,
Car eu d’amar no-m posc tener ......  Car j’aime sans y rien pouvoir
Celeis don ja pro non aurai.  ......     Celle dont jamais rien n’aurai
Tout m’a mon cor, e tout m’a me, ...  Elle a tout mon cœur, elle m’a tout
E se mezeis’e tot lo mon ; .........      Et moi-même et le monde entier
E can se-m tolc, no-m laisset re  ...... Et ces vols ne m’ont rien laissé
Mas dezirer e cor volon.  ............     Que désir et cœur assoiffé.

Bien sûr c'est loin d'égaler nos SMS ou nos répliques de Whatsapp actuelles pour faire nos déclarations d'amour, ni la chanson déjà vintage de Serge Gainsbourg "Je t'aime moi non plus!"  et ces récitations et chansons étaient en vers !!

Alors , ne nous plaignons plus contre la sévérité de nos éducateurs, nous avons vraiment une tâche bien plus facile que nos grands-aïeux ... Et pourquoi as ce soir, un petit essai avec votre conjointe ?, une petite récitation?


.... (à suivre)


Dernière édition par Papouille le Dim 9 Sep - 8:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MALDOROR

avatar

Messages : 7021
Date d'inscription : 16/10/2009
Localisation : septentrionnale

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 0:31

joli texte, mais très "francisé" en mode contemporain
en langue d'oc, le titre est Can vei la lauzeta mover ...   et personne, n'étant point versé dans le langage occitan, n'y comprendrait rien aujourd'hui...
j'avais, lors du dernier PAINTDEMONIUM, ou elle a gagné le 28ème  challenge canonnier, sonorisé le socle de présentation de cette figurine, avec cette chanson... certains s'en étaient plaint, ça ne "rappait " pas assez sans doute, leurs délicates oreilles , bercées  par la poésie bubesque, s'en trouvaient agressées, je n'ai pas récidivé ...

_________________
On ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépends
Cardinal de Retz
Revenir en haut Aller en bas
MALDOROR

avatar

Messages : 7021
Date d'inscription : 16/10/2009
Localisation : septentrionnale

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 0:38

j'ai posté ma réponse précédente avant que d'avoir lu le long texte de Michel .... il a bien des loisirs ce garçon ...!

_________________
On ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépends
Cardinal de Retz
Revenir en haut Aller en bas
Papouille

avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 13/08/2013
Age : 72
Localisation : banlieue Bruxelles

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 7:45

sunny Bah !!!! j'ai fait ceci en dehors des heures de travail    
bounce bounce  bounce  bounce  .. sunny .  happy ...

comme un hobby study study

pas vous ?
Revenir en haut Aller en bas
MALDOROR

avatar

Messages : 7021
Date d'inscription : 16/10/2009
Localisation : septentrionnale

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 10:09

tu es devenu, au fil du temps, Michel, l'un des piliers de ce très désertique forum...
Beaucoup s'en sont allés, déçus de n'y point trouver sans doute ce qu'ils cherchaient, sans pour autant être tentés d'y apporter leur contribution effective, c'est si facile de n'être qu'un observateur, surtout si c'est gratuit... et la critique est si aisée...
le silence est d'or dit le proverbe, nos collègues sont de redoutables thésauriseurs ...!
Les plus fidèles se sont tus, je n'en dresserai pas la liste, à quoi bon ? Pour ma part, je ne maintiens ma présence qu'en souvenir de notre ancien Président, trop tôt disparu, il avait créé ce forum, plein d'un vain espoir... je ne contribuerai pas à le faire disparaître une seconde fois !

_________________
On ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépends
Cardinal de Retz
Revenir en haut Aller en bas
Papouille

avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 13/08/2013
Age : 72
Localisation : banlieue Bruxelles

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 12:22

Tant qu'il reste un petit bout de lumière rouge sur la mêche, il y a espoir.

Cyril est très courageux d'envoyer ces lettres mensuelles que je découvre avec avidité, même à 450 km de là! et je regrette souvent avec un juron détonnant de ne pas pouvoir assister aux démos régulières qui font défaut chez nous ans notre terroir brabançon....

Comment déléguer mon esprit là-bas chez vous, et dans ce nouveau décor ...
Ah oui, parfois j'enrage! Mais oui, promis, je passerai à mon retour en décembre.

Je viens de charger les photos de plats de Hobby Times Expo sur le site du BFFS ... un évènement deux fois émouvant car il y a 4 ans, nos nous inscrîmes par erreur en Gevordere au lieu de Débutants, et gagnâmes avec un peu d'indulgence u médaille d'argent. Cette fois c'est un coup de pied au c.. de Freddy qui nous a propulsé une marche au-dessus, que nous hésitons à franchir ... et avec une énorme indulgence causée de par une présence maigre de concurrents ( deux autres masters et deux promotions). Mais avec cette surprime non méritée, il nous est impossible de faire marche arrière, donc la fuite sera en avant ...

Je continue envers et contre tout le monde à trouver les forums mieux organisés, structurés et interactifs que les verbiages stériles de Fesse-de-Bouc où tout est mélangé, avec des amis partout, voulus ou pas. Au risque de m'isoler, je fuis cet outil artificiel à la mode, et qui semble déjà en perte de vitesse chez les plus jeunes, avides de nouveauté, de spectaculaire et d'instantanés très volatiles; il faut répondre dans la seconde, avec des selfies en support ....

Oui, les forums vont s'éteindre, comme les couriels, comme les disques, les bandes, les cassettes, les photos papier, les CD's, les CDroms, et ce de plus en plus vite.

A quand les machines à peindre une figurine en 10 minutes ... et pourquoi pas pré-peintes ???

Demain es figurines et les plats seront entièrement virtuels (tien doit ont écrire virtuel(le)s pour accorder, mais alors que prononcent-on à voix haute ??

Allons cherchons un nouveau souffle, hey pardi, ce sont toujours les vieux qui doivent se décarcasser. C'est presque ainsi en Belgique aussi ... nous vivons une crise existentialiste aujourd'hui qui touche tout le monde surtout dans nos régions dites 'civilisées' ...

Le déclin de l'empire romain occidental est en route, maintenant, et la pollution va accélérer ce processus ....

ah.. mais il me reste la vie de Bernart à sortir encore ... à moins qu'lle n'intéresse plus personne ?? (mais le conteur des lecteur du poste continue à tourner quand même, à distance ;.. VOYEURS !! affraid )

asséz déc... et à la sope (ici avec le décalage horaire e la ratatouille géante que j'ai préparée avant-hier ..)
Revenir en haut Aller en bas
Papouille

avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 13/08/2013
Age : 72
Localisation : banlieue Bruxelles

MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   Dim 9 Sep - 18:33

Bernard de Ventadour, en occitan Bernat de Ventadorn, né vers 1125 à Ventadour, en Haute-Corrèze, est l’un des plus célèbres troubadours du XIIe siècle.

N’étant point né d’une haute lignée, il n’y a pas d’écrit historiques sur sa vie. Les quelques éléments de sa vie ne nous sont connus qu'à travers le texte des vidas, ces courtes biographies postérieures d'un demi-siècle au moins et destinées à présenter l'œuvre des troubadours à un auditoire étranger – celui des cours italiennes notamment. Si certaines informations pouvaient être authentiques, les vidas n'en puisaient pas moins l'essentiel de leur substance dans les thèmes propres à l'œuvre du poète.


Né d’une famille humble attachée au château de Ventadour (aujourd’hui Moustier-Ventadour),. On le dit fils d'un homme d'armes, ou d'un serviteur boulanger, qui chauffait le four à cuire le pain du château de Ventadour. et d'une boulangère du château de Ventadour en Corrèze. Une lecture plus fine de ces vidas, et de la Satire de Peire d'Alvernhe qui les a inspirées, laisse entendre qu'il ne fut peut-être pas d'origine si modeste, mais le bâtard du grand seigneur - Ebles II de Ventadour ou de Guillaume IX d'Aquitaine lui-même. William Padden l'assimile à un Bernart, membre de la lignée des Ventadour, qui mourut abbé de Saint-Martin de Tulle.

Quoi qu'il en soit de ses origines, il fut instruit chez les moines du Moustier et il semble bien qu'il devint le disciple de son seigneur, le vicomte Ebles II Lo Cantador qui l'instruisit dans l'art de la composition lyrique dite trobar, poétique et musicale.

Après sa mort en 1149 ou 1150, il aurait composé ses premiers chants pour la femme de son fils Ebles III qui épousa en 1128, la Vicomtesse de Ventadour, Marguerite de Turenne, veuve du vicomte Guy de Limoges. Par ses chants, Bernard courtise Marguerite et obtient d’elle des faveurs, concrètes ou symboliques, dont la légende rapporte qu’elles indisposent Eble son épouse, ce qui lui valut d’être chassé du château par le Vicomte Ebles III, jaloux qui de plus répudia Marguerite pour se remarier en 1151 avec Alix de Montpellier dotn il aura un fils Ebles IV.

En emmenant le nom de Ventadour, Bertrand fut ensuite accueilli à la cour d'Aliénor d'Aquitaine (1122-1204), Duchesse d'Aquitaine et de Gascogne et de trois ans son ainée, dont il devint amoureux. En 1152 devenue l'épouse du roi Henri II Plantagenet, duc de Normandie et comte d'Anjou, elle suivit son mari en Angleterre peut-être accompagnée par Bernart de Ventadour qui aurait assisté au couronnement du Roi d'Angleterre en 1154 à Londres.

Il revint en France et dépité, passa au service de Raymond V de Toulouse puis on le trouva à Narbonne et, selon sa vida, rejoindre l'ordre de l'abbaye de Dalon en Dordogne, après la mort du comte de Toulouse en 1194. Il y finit sa vie en 1195, en ayant abandonné la création de chansons et renoncé aux plaisirs du siècle.


Ventadour laisse quarante-cinq chansons, courts poèmes amoureux, traditionnellement divisés en trois cycles qui célèbrent trois dames différentes, expriment la puissance de ses sentiments à l'aide de paroles à la fois simples et délicates qui développent la thématique de la fin'amor propre à la lyrique courtoise. Le troubadour compose également sa propre musique, dont vingt airs sont conservés dans des manuscrits.

On le considère comme l'un des meilleurs musiciens de son temps et parmi les plus grands poètes de l'amour en langue d'oc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blankenberge 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blankenberge 2018
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Canonniers :: Concours et Challenges :: Salons et Concours-
Sauter vers: